Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le ONLINE EN CHIFFRES

337 agences enregistrées au Travelling

UnoMe : Un speaker’s bureau aux ambitions olympiques

Une mode courante dans les pays anglo-saxons gagne du terrain en Suisse : faire intervenir un conférencier de renom lors des séminaires d’entreprise. Si les CEO sont toujours plus friands de ce type d’approche, ils ne rencontrent pas moins de difficultés au moment de réserver la personnalité pouvant se produire à ladite conférence. Pour éviter un passage par des speaker’s bureau internationaux pas forcément à l’écoute des besoins des entreprises et organisations en Suisse, Matthieu Collas, CEO de l’entreprise de formation professionnelle Swissnova, ainsi que ses associés Francine Moreillon et Edgar Grospiron, anciens sportifs d’élites, champions du monde et olympique de leurs disciplines respectives et reconvertis en speakers avisés, ont montés UnoMe. Ce premier speaker’s bureau en Romandie tient à faire connaître la valeur du conférencier suisse sur le marché tout en proposant des prestations « Taylor made » à forte valeur ajoutée. Rencontre avec Mathieu Collas et Edgar Grospiron pour en savoir plus sur ce milieu encore méconnu.

 

Comment est née l’entreprise UnoMe ?
Matthieu Collas (MC) : Au départ, je souhaitais trouver un moyen d’apporter encore plus d’impact aux formations soft skills dispensées par Swissnova. Rapidement, l’idée d’utiliser un intervenant de renom m’est venue. En interrogeant mon entourage, notamment Edgar (Grospiron) et Francine (Moreillon), ils m’ont tout de suite convaincu que cela devait aller au-delà d’une simple formation pour différentes raisons. La première est que les séminaires d’entreprise ont le vent en poupe. Et surtout, nous avons constaté qu’une offre professionnelle de qualité n’existait pas en Suisse romande. De nombreux acteurs, devenus clients par la suite, nous faisait part de leur intérêt dans ce sens, surtout pour voir les acteurs locaux poussés en avant. C’est pourquoi, dans notre catalogue de plus de 60 personnalités, près de 90% de nos conférenciers sont Suisses. Le nom « UnoMe » est ensuite venu assez naturellement, en reprenant le gimmick « vous me connaissez » basé sur la célébrité de nos intervenants. Seulement, ce nom comporte l’acronyme « UN » qui est dédié aux Nations Unis. Heureusement, nous avons pu continuer à l’exploiter après quelques échanges avec cette organisation. Idem pour notre logo, qui comporte un drapeau helvétique, ce qui, avec la nouvelle régulation OMPI, nous oblige à fournir un service majoritairement suisse. Nos activités sont lancées depuis le 22 mai 2017, jour du lancement officiel du site, bien que quelques conférences aient déjà eu lieu auparavant.

La notion de speaker’s bureau est assez méconnue en Suisse. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit et quels sont les apports d’une telle structure pour les parties impliquées ?
Edgar Grospiron (EG) : Le fonctionnement du speaker’s bureau s’inspire de n’importe quelle Marketplace. D’un côté, il y a des clients qui souhaitent donner une teinte particulière au séminaire qu’ils organisent. De l’autre, des personnalités dotées d’une grande expérience de vie couplée d’une capacité à vulgariser les messages et à s’adapter à l’auditoire, l’objectif étant d’inspirer les participants, de leur permettre d’avoir un autre prisme sur leurs problématiques quotidiennes. Avec un speaker de renom, les entreprises qui ont l’impression de rabâcher incessamment les mêmes messages sans efficacité peuvent le transmettre d’une manière différente. Grâce à la crédibilité et légitimité de l’orateur, ces messages prennent une autre teinte pour les participants. Le speaker, quant à lui, peine à être reconnu en tant que tel lorsqu’il en fait son activité principale et ne réalise pas suffisamment de conférences pour en vivre. Ce type d’approche existe depuis de nombreuses années. Pour preuve, je réalise des conférences depuis plus de 15 ans ! Pourtant, il n’existait pas d’infrastructure qui permette de professionnaliser cette activité en Suisse, à l’image d’associations professionnelles de Speakers qui fleurissent en France et dans le monde anglo-saxon. Un speaker’s bureau permet donc de rassembler tous ces acteurs, ainsi que d’aller encore plus loin, en permettant aux conférenciers de se former pour progresser dans l’interaction avec l’auditoire et la puissance des messages. Il offre aussi à de nouveaux clients, par l’intermédiaire d’agences événementielles, l’accès à des personnalités qu’ils ne pourraient obtenir autrement.

MC : Avec UnoMe, nous essayons d’évangéliser les personnes à ce type de pratique. Il est important de pouvoir profiter d’un réel soutien sur mesure. Actuellement en Suisse, nous pouvons viser quelques 500 sociétés qui ont plus de 200 salariés et qui, pour les plus petites d’entre elles, n’ont jamais fait appel à ce genre de service. Il est donc important que les entreprises de taille plus honorables, ou les additions de petites structures, puissent profiter des mêmes apports.

Comment une intervention se prépare-t-elle ?
EG : Il est important de comprendre qu’afin de rendre l’intervention pertinente, de nombreux échanges doivent avoir lieu. Dans un premier temps entre le client et le bureau, afin de définir la problématique pour ensuite proposer différents speakers susceptibles de convenir. Ensuite, l’entreprise tient généralement à rencontrer les conférenciers shortlistés. Cela permet d’affiner le sens que l’on va donner à la présentation. Il faut savoir qu’une des qualités principales du conférencier n’est pas tant de savoir parler, mais de savoir écouter, pour ne pas être déconnecté du client et de ses valeurs et ainsi pouvoir présenter un contenu plein d’âme. Par exemple, j’étais en rendez-vous client à midi et, durant le déjeuner, je n’ai probablement pas dit plus de dix mots. Pourtant, le client a pu clairement définir les messages qui devaient ressortir de son séminaire.

MC : C’est aussi en cela que consiste notre approche sur mesure : il faut que chaque conférence soit différente et adaptée aux besoins du client. Bien sûr, le conférencier possède une structure à 75%, généralement issue de son parcours de vie, qui ne change pas ; il adapte le reste en fonction des objectifs.

EG : L’enjeu est d’arriver à créer une réelle relation avec l’auditoire, de sorte que les messages soient retenus. Ce n’est pas tant la célébrité de la personnalité qui joue un rôle, mais davantage sa capacité à s’ancrer dans la réalité de l’auditoire, en lui racontant sa propre histoire qui fasse échos aux problématiques de l’entreprise.

Quels sont les tarifs pratiqués ?
MC : Pour toutes ces raisons, nos tarifs démarrent à CHF 6’000.- pour monter jusqu’à CHF 30’000.- avec une moyenne de CHF 9’000.-. Mais attention, cela ne comporte pas uniquement la conférence d’une heure et demie. Il y a également la présence du speaker pour toute la durée de l’événement.

EG : Il est assez réducteur de s’arrêter au tarif horaire. Le contenu que le conférencier vient présenter, il l’a construit durant toute sa vie. De plus, ses compétences pour le transmettre sont très fortes. Nous trions sur le volet nos intervenants en fonction de ces deux qualités, qui sont particulièrement rares sur le marché et qui permettent d’impacter l’audience sur le long terme.

Comment souhaitez-vous profiler UnoMe pour la suite :
EG : Tout d’abord, nos conférences s’intègrent dans un processus d’accompagnement, par exemple pour la conduite de changement d’une entreprise, qui est un travail de longue haleine. Avec une conférence d’une heure, on peut au mieux générer un déclic. Elle n’est qu’un élément de ce processus et il est difficile d’en établir un ROI. Cela dit, je ne ferais pas de changement dans mon entreprise sans conférencier aujourd’hui, car le déclic créé peut résonner toute une vie dans la tête des participants. Elle est une vraie plus-value.

MC : Nous avons un rôle de facilitateur pour ces entreprises qui, pour certaines, peuvent réaliser jusqu’à 10 séminaires par an. Nous nous profilons donc comme des orfèvres de l’intervention de personnalité. Avec nos tarifs, les clients veulent un service qui soit à la hauteur de leurs attentes, personnalisé et impactant. De même pour les intervenants, nous souhaitons inscrire le speaker suisse sur la carte du monde comme un speaker à forte valeur ajoutée. Certains d’entre eux ont même encore du mal à évaluer la valeur de leur prestation. Donc nous souhaitons avoir le rôle de structurer le marché, en faisant valoir les compétences de nos speakers tant sur le plan local qu’à l’international. Nous voulons offrir un service premium, sur mesure, avec une identité suisse bien marquée. A moyen terme, nous espérons pouvoir toucher le marché suisse alémanique, bien que la barrière du Roestigraben soit toujours très prégnante. Ensuite, peut-être nous exporterons-nous jusqu’aux pays du Golfe ou en Asie du sud-est, mais toujours en gardant une taille raisonnable pour conserver nos valeurs d’orfèvres suisses. Nous ne passerons jamais à 500 speakers et nous tenons à garder le plaisir que nous prenons dans cette activité !

Les clients et les conférenciers de UnoMe

Plus de 60 conférenciers à disposition, en grande majorité suisses (pour plus de 90% selon le fondateur Mathieu Collas) : pas étonnant que des entreprises aussi prestigieuses que Cartier, Bechtle, Procter & Gamble Suisse, MCI Group Suisse ou l‘EBU (European Broadcasting Union) aient fait appel aux services de UnoMe. Au final, les firmes provenant d’à peu près tous les secteurs sont intéressées par les services d’un speaker’s bureau, tant dans le domaine de la pharma que des banques, de la grande distribution que dans le luxe. Parmi les conférenciers que propose UnoMe, on retrouve des sportifs d’élite, dont le fondateur Edgar Grospiron, mais aussi l’ex-navigatrice olympique Anne-Sophie Thilo ou les géants des sommets enneigés Didier Défago, Geraldine Fassnacht ou la slovène Tina Maze. Mais le catalogue va bien au-delà des sportifs, avec pas moins de 8 catégories différentes listées sur le site, dont des journalistes, des scientifiques, des explorateurs ou des chefs cuisiniers. Parmi les têtes d’affiche : Luc Ferry, Taïg Khris, Bertrand Piccard, Daniel Atienza et bien d’autres encore… Vous pouvez les retrouver sur le moteur de recherche du site unome.ch.

Cet article mérite d'être lu

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.