Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le MAGAZINE EN CHIFFRES

4 éditions print

Une comédie sur les frontaliers fait le plein de spectateurs au Tessin

Depuis le 21 décembre, un phénomène d’une ampleur inattendue s’est emparé des salles de cinéma suisses-italiennes, tant en ville qu’en périphérie et jusque dans les vallées.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 12 jours, plus de 15 000 spectateurs sont allés voir «Frontaliers Disaster», le film 100 % tessinois dirigé par Alberto Meroni et coproduit par Inmagine SA, la RSI et MFD Morandini Film – de quoi faire de l’ombre à la «Guerre des étoiles»!

Parti de sketches compilés ensuite en DVD et remaniés aujourd’hui en un long métrage de 110 minutes, «Frontaliers Disaster» met un point final à un parcours radiophonique et télévisuel de 10 ans sur les canaux de la RSI. En tout et pour tout, de l’écriture aux prises de vue en passant par le casting, la production a duré deux ans et demi. Durant les cinq semaines de tournage qui s’est déroulé au printemps 2017 dans différentes villes de Suisse italienne, une trentaine de jeunes talents tout droit sortis de la haute école de cinéma cantonale ont pu se frotter à la réalité du terrain. «Ce fut une magnifique collaboration, jalonnée d’échanges ouverts et enrichissants – un véritable cadeau pour la branche de la production audiovisuelle et cinématographique de notre région», se réjouit le directeur de la RSI, Maurizio Canetta.

Outre les deux frontaliers (interprétés par Flavio Sala et Paolo Guglielmoni) et Barbara Buracchio (qui joue une jeune touriste romande follement amoureuse du douanier tessinois), le film est porté par les excellents Teco Celio et Enrico Bertolino aux côtés d’autres visages bien connus du public de la RSI (Caterina Righenzi, Rosy Nervi, Leonia Rezzonico et Ottavio Panzeri).

Le film a déjà toute l’attention de la presse des régions italiennes limitrophes. «Frontaliers Disaster», c’est l’histoire d’un douanier suisse, Loris J. Bernasconi, et d’un frontalier italien qui travaille en Suisse, Roberto Bussenghi, confronté quotidiennement aux «petits Suisses» procéduriers de la douane et de son entreprise. C’est surtout un moment de divertissement pétri d’intelligence, aux multiples niveaux de lecture, pleinement d’actualité et qui interpelle tout un chacun, des deux côtés de la frontière. Les dialogues sont amusants, la complicité et le jeu des acteurs excellents. On rit de la première à la dernière minute, non sans réfléchir sur un phénomène social plus profond. Ce film est un véritable tour de force humain.

La vague «Frontaliers Disaster» déferlera en Suisse romande le 17 janvier, tout d’abord à Genève, puis à Lausanne et à Fribourg, et atteindra la Suisse alémanique le 18, à Zurich, Berne, Bâle, Ebikon, Olten, Schöftland, Wohlen et Coire. D’autres localités seront annoncées prochainement, toutes avec une projection sous-titrée dans la langue locale.

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.