Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le MAGAZINE EN CHIFFRES

un réseau de chroniqueurs

Affiches de la campagne fédérale #15 : Ridendo dicere verum quid vetat ?

A choisir, il est vrai que je préfère en rire qu’en pleurer.

 

Cette petite merveille caricaturale et humoristique de Chappatte parue mi-octobre m’a donc immanquablement fait sourire :

Capture d'écran 2015-10-21 09.19.35

Il n’y a pas de parti pris, haha! Je vais donc, moi aussi, m’amuser un peu sur le terrain de la neutralité en décortiquant mes réflexions et interrogations sur ce que je qualifierai de bêtisier des deux premiers « checkés » … Slogans et affiches croisés sur mon chemin!

A droite toute …

Capture d'écran 2015-10-21 09.20.10

Ciel, mon Bescherelle ! La règle de vendre/vendu s’est fait la malle ou, en tant qu’immigrée sans papiers, elle a été expulsée à un moment donné. Donc, dans le doute et le manque de concordance, il me paraît délicat et compliqué de rester libre auprès du « vendu » UDC …

Par ailleurs, et juste au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, notre brave petite Suisse est, vue de l’extrême droite, une pauvre petite blonde en proie à tous les diables européens … Quelle évolution en 4 ans ! On passe d’un pseudo-virus dont il faut se protéger à coup de latex ou de polyuréthane à un rapport sado-maso sur fond vertueux-religieux. Que diable !

Capture d'écran 2015-10-21 09.20.38

Le moins qu’on puisse dire, c’est que cela vole bas, tant en créativité qu’en communication et que s’élever un peu au-dessus de la ceinture aurait certainement permis d’envisager notre principal partenaire économique (60% de notre business) comme autre chose qu’un fléau à exorciser! Un partenaire que la BNS a quelque peu mis à (nos) genoux avec l’abolition du taux plancher au mois de janvier dernier … mais, là n’est pas le sujet. Notre pauvre (sic!) petite Suisse est une victime!

Bon, revenons à nos moutons (noirs ?!). Si l’UDC affiche (c’est le cas de le dire!) quelques difficultés à se déconcentrer d’une certaine partie de son anatomie et de ses bijoux de famille, il est d’autres partis qui ont de sérieux soucis en identité et patriotisme ! C’est un peu gênant quand on est le Parti Nationaliste Suisse qui présente quatre candidats « déterminés à faire entendre la voix du peuple sur des valeurs Patriotiques, et ceci sans faille ou complexe face au terrorisme médiatique mondialiste. Le PNS n’est pas non plus rattaché à des lobbys économiques, au libéralisme apatride et transfrontalier, pour qui les notions de Patrie, d’identité culturelle et d’héritage de valeurs n’existent pas. »

Belle promesse quand on utilise un logo carré (rouge et blanc) qui crée la confusion avec le drapeau suisse et qui rappelle inconsciemment les lignes bleu/blanc sur fond rouge du drapeau norvégien …

 

Capture d'écran 2015-10-21 09.21.13

Belle promesse aussi quand on utilise les adjectifs possessifs pour dire que la Suisse est « notre pays » mais pas « notre avenir » … au PNS, l’avenir est « votre » ou « vôtre » et sans eux, ABE …
Pour le moment, on reste à droite … Et on observe toujours.

Recherche Prospérité désespérément …
La contradiction ou tout du moins la confusion, est aussi de mise du côté PLR. C’est dommage, car le concept de base, la personnalisation « donner un visage à la politique», est bien pensé. Tout comme l’appel à l’action commune : « Tous ensemble pour plus de prospérité ».

Toutefois, considérant que  les valeurs du parti sont « responsabilité individuelle, engagement, modestie, attachement à la qualité et ouverture », que faut-il comprendre du message – des mots clefs affichés? D’un côté, la Liberté, la Cohésion et l’Innovation sont mises en avant (et doublement, en haut à droite et en bas à gauche) et, de l’autre, on demande aux électeurs de soutenir la prospérité, l’emploi et la cohésion en votant PLR?

En conséquence, j’ai le sentiment (et vous ?) d’être au milieu d’un imbroglio de communication rempli de diverses notions qui partent dans toutes les directions ! Mais la seule direction, signée PLR Vaud que j’aie eu l’occasion de voir indiquée … est celle de la Liberté !

Capture d'écran 2015-10-21 09.22.05

Si, tapi quelque part dans l’ombre de l’encouragement à la mobilité douce, mon instinct de conductrice se demande si le chemin de la liberté est sensé être une route principale ou secondaire, le panneau, lui, semblerait plutôt m’indiquer une sortie d’autoroute ! Au-delà du code couleur (qui n’est pas toujours le même dans d’autres pays), il y a surtout la flèche qui m’indique de prendre une nouvelle voie que celle sur laquelle je me trouve pour y accéder.

Le principe même, de bifurquer et de changer de route, ne me dérange pas en soi. Là où le bât blesse, c’est de devoir le faire, dans ce contexte, par besoin et pour la liberté. C’est, sous une forme imagée et tacite, sous-entendre que nous ne sommes pas libres. Or, dans un pays en paix, avec une économie saine et une démocratie, où le peuple (hommes ET femmes) ayant le droit de vote peut se prononcer … N’est-ce pas une aberration (doux euphémisme ?) de prétendre que la liberté n’est pas acquise et qu’il reste encore à la trouver ?!

A l’inverse, aucune indication de direction pour la Prospérité (j’y serais bien allée, moi!)?! Faudra m’expliquer. Je comprends vite si on m’explique politiquement longtemps ….

Vert, vous avez dit vert ?
Et si on faisait une petite pause, là ? Un arrêt pour cultiver les perspectives de la durabilité ? Non, pas chez les Ch’tis pardi ! Chez Les Verts !

Capture d'écran 2015-10-21 09.22.37

Cela ne vous choque pas d’avoir un smartphone, identifiable par sa forme et sa couleur partir en poussière ? A la place du Brand Manager, j’hurlerais au scandale pour cause de « product placement portant atteinte à l’image de marque et à la responsabilité de l’entreprise »!
En tant que citoyenne, j’ai envie de demander à ce parti quel antidote ils ont enfin trouvé à l’obsolescence programmée, freinant ainsi une spirale de consommation effrénée sans laquelle l’économie actuelle ne sait fonctionner ? Surtout pour des produits importés et fabriqués à l’étranger ? Quelle réponse réelle – concrètement et dans les faits – pour « des produits qui durent » ? Tous en mode Duracell Ultra Power ?

Et puisqu’il est question d’énergie, j’aimerais bien que l’on me donne des chiffres : combien de postes de travail (et de quel type) l’écologie crée-t-elle réellement par an ? Quelle croissance affichée du secteur pourrait orienter les jeunes à s’y intéresser ? Quelles sont les perspectives dynamiques ces prochaines années dans une société clairement orientée « lean management », « ville intelligente » et « internet des objets »?

Et puisque je n’ai toujours pas d’imprimante 3D pour pouvoir fabriquer et manger des steaks et autres côtes de bœuf grillés sans faire souffrir les animaux et savoir d’office combien il y a d’encre et de protéines dans mon assiette … il me faut continuer différemment.

L’indicateur écologique de nourriture Beelong (par exemple) se base sur la provenance, la saison, le mode de production, le climat et les ressources ainsi que la transformation des produits, ce qui est déjà exceptionnel pour améliorer la tendance vers une alimentation plus durable et préciser la qualité d’alimentation.
Parallèlement, certains chercheurs, professeurs, organismes de protection publique – luttent pour avoir une traçabilité de l’évacuation des déchets toxiques et nucléaires. Tout un panel de fruits et légumes demeurent hautement radioactifs et cancérigènes sans que nous le sachions (cas de containers enterrés sauvagement non loin de champs cultivés).

Alors, de quelle arme secrète disposent les Verts pour répondre au besoin de savoir ce qu’il y a vraiment dans nos assiettes ? Parade électorale ou arguments/moyens tangibles ?

Finalement, mon côté « j’ai 20 ans avec beaucoup d’expérience », relève que tous les visuels représentent des jeunes et s’adressent à des jeunes. Les autres « publics-cibles » ne sont pas concernés par la durabilité produits, l’emploi et – accessoirement – ce qu’il y a dans leur assiette ?!

Rouge sur rouge : rien ne bouge !
Réagissons ! Oui, je vois rouge ! Ne m’étant pas arrêtée à ce qui précède, j’ai poursuivi en prenant un léger petit virage (pas encore toute !) à gauche ! Vous me suivez ?

Non ? Pourquoi ? Vous êtes un employé Nestlé, un employé UBS – je n’ai sciemment pas utilisé le terme « cadre » – ou, tout simplement, vous avez fait des études et n’êtes pas vendeur/vendeuse ? J’ai volontairement nommé la multinationale et la banque suisse. Par provocation et indignation …

Capture d'écran 2015-10-21 09.23.38

Comment la communication d’un parti, qui vise, à ce qu’il semble, l’égalité, peut-elle, aléatoirement et de manière tout à fait discriminatoire, fustiger deux personnes morales en particulier ? Aucune autre multinationale ou banque ne cautionne a) des salaires inégaux et b) un ou plusieurs partis politiques choisis ?!
D’aussi loin que je me souvienne de mes cours de marketing, communication et relations publiques, il m’a toujours été enseigné de ne pas « casser » la concurrence mais de plutôt démontrer de quelle manière on s’en différencie avec valeur ajoutée …

A mon avis, humble évidemment, cette campagne dessert plutôt qu’elle n’attire la sympathie. Au risque de me tromper, ou d’avoir une opinion biaisée en raison de mon parcours académique et de mon métier, trop de personnes peuvent se sentir concernées, directement ou indirectement, par les employeurs/sociétés/établissements fustigés …

Rien que pour la Suisse Romande, Nestlé Group présente un effectif de 8’358 collaborateurs au 1er septembre 2015. UBS, c’est un effectif de 3’255 collaborateurs à la même période et pour la même région. Je dis ça, je dis rien …
Il en va de même pour les personnes ayant un salaire supérieur à CHF 3’600 … que le 89% … On voudrait inciter la majorité à voter POP alors qu’on l’accuse, indirectement, d’être privilégiée ?

Si peu créative, la rose !
Bon, à présent et à défaut d’avoir lancé beaucoup de fleurs, tournons-nous vers un parti qui a toujours une rose … Le PS !

Le message idéologique est clair, sans toutefois offrir aux votants des garanties ou mesures d’action effectives. En effet, quand on s’attarde sur les slogans – logements abordables, retraites solides, salaires équitables, pour l’emploi et pour la stabilité – affiches textes sur fond rouge … il y a de quoi rester sur sa faim et ses interrogations en termes de pragmatisme tant cela équivaut à totalement changer le monde …

Parallèlement, si certaines affiches textes sont très visibles, à l’instar de celle-ci-dessous « Pour tous, sans privilège »… tout un panel d’autres, comme l’illustre la deuxième du tableau, sont illisibles à 2 mètres … or, ce sont justement celles qui véhiculent les articulations de combat du PS ?!

Capture d'écran 2015-10-21 09.24.07

Sincèrement, à ce stade, je serais curieuse de voir – s’il y en a eu – les différents briefs établis par les partis pour leur campagne !
Pour un enjeu aussi capital que des élections fédérales, dont les résultats ont une durabilité de 4 ans, je suis sceptique. Je le suis d’autant plus considérant que la proportion, avérée, des votants, ne s’est même pas élevée à la moitié (taux de participation de 48,41%)…

Vous l’aurez compris, je m’interroge sur la méthode, la forme et non la vocation idéologique des partis. A noter que je me suis concentrée sur les campagnes d’affichages et partant du principe, que tous les participants ont respecté la législation interdisant la publicité mensongère. Les comptes Facebook des partis (que j’ai consultés, pour ceux qui existent) ont aussi leurs pépites valant leur pesant d’or, mais je laisse le soin aux Community Managers de se faire plaisir avec le sujet, s’ils le souhaitent.

Par conséquent, j’avoue être pantoise devant si peu de créativité, qu’elle soit visuelle ou verbale. Clairement dubitative sur l’efficacité de tout cet investissement … (définitivement sur la pente glissante en mode CFO) …
Pour le reste, Coluche disait « Si voter ça servait à quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit ! » … Et s’il avait raison ?! …

Au final, mieux vaut en rire qu’en pleurer !

Cet article mérite d'être lu

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.