Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le ONLINE EN CHIFFRES

63'000 pages vues par mois

Mettre en place une stratégie de référencement internationale & multilingue

Le positionnement d’un site international et multilingue dans les moteurs de recherche est un exercice qui demande de la rigueur et un peu de pratique. Voici mon approche afin de mettre en place une stratégie SEO internationale en respectant un délai et des coûts raisonnables. L’approche est à la fois globale et locale. Cette approche se concentre sur deux critères principaux permettant au site d’être bien référencé : la qualité du contenu et la qualité des liens entrants (voir encadré).

 

Approche globale
L’approche globale fait partie d’une stratégie d’industrialisation et de mutualisation des processus. Les contenus on-site et off-site sont définis dans une seule langue avant d’être traduits dans les langues cibles.
Le contenu du site est défini en fonction du champ sémantique que la marque souhaite occuper. Le ratio standard est d’au moins une page de contenu par expression clef ciblée. A ce stade, il est inutile d’écrire plusieurs articles sur le même sujet. Il est plus rentable que les pages couvrent un maximum de thématiques différentes.
Les contenus rédigés sont aussi bien destinés au site final qu’aux sites tiers sur lesquels nous allons aller chercher des liens entrants de qualité.

Approche locale
Chaque site local est lancé avec son propre contenu traduit. Les contenus externes doivent être publiés sur des sites tiers ayant une thématique similaire. Idéalement les sites tiers ont un ancrage important dans le pays afin d’envoyer des signaux locaux aux moteurs de recherche. Cela permet d’avoir un site avec le même contenu français en Suisse, en Belgique et en France sans être pénalisé pour « duplicate content » (contenu dupliqué), ce qui aurait pour effet de faire disparaître vos pages des résultats des moteurs de recherche.
Le suivi statistique de chaque site (par ex. avec Google Analytics, outil puissant et gratuit fournis par Google) et du positionnement du site dans les résultats de recherche (par ex. avec MyPoseo ou Ranks) permet de voir comment chaque contenu se positionne dans le temps.
30 jours après la publication des contenus, il est possible de définir les thématiques les plus performantes pour chaque langue et chaque pays. La production de nouveau contenu on-site et off-site adapté au pays peut alors commencer.
La performance d’un article est analysée à la lumière de plusieurs éléments factuels intégrant par exemple : les commentaires (dans le cas d’un article de blog), le nombre de partage et de commentaires sur les réseaux sociaux, les expressions clefs permettant d’accéder à ces requêtes.
Il est conseillé de synthétiser 1 à 2 fois par an les performances de chaque thématique au niveau global afin de faire profiter les autres langues/pays d’articles de qualité qu’il n’y a plus qu’à traduire le cas échéant.

Le cas de la Suisse
En Suisse, la plupart des sites internet sont développés en 4 langues : anglais, français, allemand, italien. Cette particularité, unique en Europe, demande des moyens conséquents par rapport à la taille du pays pour être présent dans les résultats des moteurs de recherches de manière égale dans les 4 langues. Mais le jeu en vaut la chandelle, car du fait de cette difficulté vos concurrents n’ont peut être pas encore investis certaines langues, vous laissant ainsi le champs libre.
Envie d’en discuter ? Retrouvez-moi sur Twitter : @Pierre_A

ENCADRE

Les critères pour un bon référencement
Le référencement naturel, aussi appelé “Search Engine Optimization” (SEO), regroupe l’ensemble des techniques visant à optimiser la visibilité d’un site web dans les résultats des moteurs de recherche. En effet, les pages d’un site web sont analysées par des algorithmes mathématiques afin de juger de leur pertinence par rapport à l’expression clef saisie par l’internaute, ceci afin d’établir un ordre d’affichage.
Nous estimons qu’il existe plus de 200 critères permettant de classer une page, parmi lesquels : le temps de chargement de la page, son contenu, sa date de publication, les liens qui pointent vers la page, et les signaux sociaux que la page reçoit.

Cet article mérite d'être lu

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.

1 commentaire
  • Benjamin

    La problématique du référencement d’un site multilingue est récurrente. Je l’ai d’ailleurs abordé il y a peu sur Polynet : http://blog.polynet-online.fr/referencement-multilingue-pour-la-belgique-francophone.html, à ceci près que je me suis focalisé pour ma part sur la Belgique, afin d’en savoir plus sur la meilleure façon de procéder pour proposer un site optimisé dans deux pays parlant la même langue, sans faire évidemment de Duplicate Content. Peut-être avez-vous été confronté à un tel cas de figure entre la France et la Suisse. Si oui, je serai ravi d’avoir votre retour d’expérience 😉

    Quoi qu’il en soit, je vous rejoins à 100% sur le fait qu’il faille proposer un contenu adapté à la fois à la cible et aux spécificités du marché. C’est sans doute la tâche la plus complexe puisqu’elle nécessite une réelle connaissance de ceux-ci. Ensuite, dans l’optique de développer la popularité de chaque version du site, il est recommandé d’acquérir des liens entrants d’IP provenant du même pays que celui pour lequel on cherche à être visible ; pays ciblé qui doit être renseigné à Google via les Webmaster Tools.