Le B2B du marketing, de la communication et des médias

le MAGAZINE EN CHIFFRES

8 parutions par an

Konbini : « Si les contenus sont de qualité, les gens se fichent qu’ils soient sponsorisés »

Konbini, média référence du cool et des « pop news » sur les réseaux sociaux, est arrivé en Suisse cet été. Réunissant une audience jeune globalisée, la plateforme fondée en 2008 à Paris par Lucie Beudet et David Creuzot cumule les partenariats médias avec des marques de portée internationale dans des formats plus créatifs que jamais. Quels sont les secrets de la « indie brand devenue globale » pour emmener les annonceurs à bord d’un navire créatif qui traîne dans son sillage une nuée de jeunes followers avides de contenus exclusifs ? C’est la question que nous sommes allés poser à Michael Chrisment, CMO de Konbini Global et directeur général de Konbini Suisse en charge de l’édition.

 

Ooops!
Cet article est réservé
aux abonnés.

Cet article sera débloqué dans

Cominmag : Pouvez-vous présenter Konbini ?
Michael Chrisment : Konbini est un média de culture universelle. En ce sens, nous traitons de la « pop culture », la culture populaire au sens noble du terme. Nous nous définissons autour de 4 mots-clés : ouvert, social, rapide et curieux. Notre cible principale est avant tout les jeunes : près de 85% de notre lectorat se situe dans la classe d’âge de 15 à 34 ans. Il faut aussi savoir