Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le ONLINE EN CHIFFRES

4'130 membres groupe LinkedIn Cominmag

#InterviewCominmag : “Loïc Privet qu’est-ce qu’un mirco-influenceur ?”

Loïc Privet, digital project Manager de Promotion-Tools, qui sont les micro-influenceurs que votre nouvelle plate-forme Swissper propose aux annonceurs ?
Ce sont des personnes ayant au moins 100 followers et au maximum 5’000 fans sur les différents comptes de réseaux sociaux.

En quoi un micro-influenceur peut-il être plus intéressant qu’un influenceur ?
L’adage “trop de pub tue la pub” peut parfaitement s’appliquer aux influenceurs. Le public sait qu’ils sont payés pour vanter les produits qu’ils mettent en avant. Bien que certaines personnalités comptent leurs fans par millions, ce système de recommandation commence à s’éroder. Les marques, comme le public, cherchent de l’authenticité. Raison pour laquelle, nous proposons à tout un chacun de pouvoir s’inscrire sur notre plate-forme afin de parler de produits ou de services qu’ils apprécient véritablement.

Véracité, authenticité : c’est aussi une opportunité pour les marques qui peuvent ainsi  débourser moins pour une campagne sociale. Autrement dit, combien rémunérez-vous ces micro-influenceurs ?
Nous proposons plusieurs formules de rétribution : par post (chf 25.-/le post), par produit (ils gardent le produit dont ils parlent), par service (on leur offre un billet ou un bon de réduction).

Comment vous assurez-vous de la bonne adéquation entre le micro-influenceur, le produit et la cible ?
Notre processus est le suivant : une fois élaboré le briefing de campagne, nous composons un pool significatif de micro-inflienceurs au sein de notre communautés, une fois que ces derniers acceptent de soutenir ce mandat ils publient leurs posts. A la fin de la campagne, nous envoyons notre reporting.

A ce jour, vous compte quelques 500 inscrits. Est-ce suffisant pour être pertinent ? 
Nous visons une augmentation conséquente dans toute la Suisse, nous n’avons pas de limite maximum tant que la communauté reste qualitative. Le but est qu’elles puissent représenter différents aspects de l’économie. Question pertinence, il est évident qu’en misant sur des micro-communautés ont obtient des résultats plus petits mais la force de recommandation est plus forte. Au final, le retour sur investissement est plus fort.

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.