Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le MAGAZINE EN CHIFFRES

Guide du marketing

Gestion de projet : Et si on s’inspirait du monde du sport ?

Prenons l’exemple d’un match de football qui s’inscrit dans un championnat et comparons-le avec la gestion d’un projet.

 

Le football a ses grands principes de jeux. Les règles sont prédéfinies à l’avance indépendamment de l’équipe, et communiquées de manière implicite ou explicite selon le niveau d’expérience des joueurs : 1 terrain, 2x 11 joueurs, 1 gardien, des arbitres, des cartons jaune et rouge, etc.

Le projet aura lui aussi un cadre global avec des règles selon la méthodologie adoptée (traditionnelle, agile, scrum, lean, etc.). En regardant plus en détails le fonctionnement de l’équipe projet, on identifie plusieurs acteurs que nous retrouvons dans une équipe de foot : un coach avec sa tactique de jeu, et les joueurs avec leur expertise et leurs compétences.

Comment va s’organiser le projet / le match ?
Tout d’abord, l’important est de s’accorder sur les règles du jeu. Le chef de projet donnera sa vision et enseignera les bonnes pratiques, il fournira les outils et ressources pour mener à bien le projet. Le coach aura sa propre tactique de jeu (par exemple : 4-2-2). Il aura également défini les rôles et les positions de ses joueurs. L’infrastructure et l’équipement sont mis à disposition des joueurs par le coach grâce à ses actions de sponsoring et d’autres actions de financement.

Ensuite, une fois la partie lancée, que se passe-t-il ? Le projet est dynamique et change – il est constamment défini par les acteurs principaux : designers, leads techniques, développeurs. Le chef de projet ne participe pas directement au projet – il n’est pas un player. Il intervient en amont, définit les objectifs et communique les besoins. Ensuite, l’équipe projet s’organise de manière autonome ; chaque acteur vise l’objectif commun et est impliqué dans sa tâche.

Si nous faisons une comparaison plus fine avec la méthodologie agile / scrum, le capitaine sur le terrain saura agir au bon moment et au bon endroit tout en donnant des indications à son équipe. Comme un capitaine, le Scrum Master n’aura pas son attention en permanence sur le ballon, mais interviendra dans la partie pour montrer son leadership et apporter son soutien.

Durant le déploiement du projet, les rôles et les tâches peuvent évoluer en fonction de facteurs internes (compétences) et externes (situation). Le chef de projet va s’adapter à ces nouvelles conditions et donner ses directives pour tirer le meilleur de chaque acteur à un instant T. En résumé, le projet va évoluer au fil du temps… Tout comme un match de football qui définit sa propre dynamique, le coach ajustera sa tactique, dirigera ses joueurs par rapport aux événements nouveaux. Chaque match / projet aura dès lors sa propre organisation et son fonctionnement.

Quelle est la condition gagnante ?
Comme un match, le projet représente une seule « partie » et une étape d’un championnat global. Dans ce contexte, le manager ou chef de projet pourrait s’interroger sur les résultats souhaités :

– Pourquoi gagner un match et perdre tous les suivants ?

– Pour quelles raisons délivrerions-nous un produit avec les fonctionnalités prévues A et B, si ce dernier ne pourra pas répondre aux prochaines exigences ?

– Pourquoi délivrer un produit si les membres de l’équipe ne sont pas satisfaits du projet ?

– Durant le processus d’élaboration, avons-nous réussi à créer un esprit d’équipe ?

S’inscrivant dans un processus plus large, le projet et son organisation vont devoir s’adapter. Comme l’équipe de foot qui ne change pas, les individus accompagneront le projet aujourd’hui et demain. Dans cette perspective, le facteur « humain » occupe une place importante pour la réussite de ce dernier. Le manager portera alors une attention particulière au respect des acteurs, ainsi qu’à leur entente et à la qualité de leurs interactions. Il est en va de même dans le sport où la communication et le partage de valeurs communes sont des facteurs clé de succès. Par exemple, les valeurs privilégiées sont l’engagement, l’ouverture, le respect, le courage et le focus (que nous retrouvons également dans la méthodologie scrum). Comme un coach, le chef de projet veillera à atteindre les objectifs propres au projet, mais également à s’assurer du partage de ces valeurs. Objectif : faire grandir l’équipe pour constamment améliorer le processus et, in fine, la qualité du produit/service proposé.

En conclusion, pour réussir chaque projet, il faut s’impliquer et améliorer en continu les procédures car, comme pour le championnat, le but est d’aller jusqu’à la fin de celui-ci.

Signature : Dalia Comuzzi, Chef de projet Sqli

 

 

 

Cet article mérite d'être lu

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.