Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le MAGAZINE EN CHIFFRES

Guide du marketing

Facebook : du web au papier !

Que Facebook se lance dans l’édition papier c’est un peu “l’hôpital qui se moque de la charité”. Ainsi, en annonçant la publication Grow, un trimestriel paper à destination de chefs d’entreprises, ce réseau social  semble sortir des sentiers battus… à moins que cette décision, au-delà de la stratégie disruptive, ne soit l’aveu d’une faiblesse. En effet, que doit-on comprendre lorsqu’un pure player web, qui dispose d’une audience de plusieurs milliards des fans, se met à distribuer du papier ?

Voici plusieurs hypothèses :

  • que pour toucher des cibles à CPS supérieures, la presse a encore un impact ?
  • que cette plateforme sociale après le scandal Cambridge Analytica et la reformulation de son algorithme n’est plus un support publicitaire pertinent ?
  • qu’après avoir détruit le modèle d’affaires de le presse, le temps est venu d’investir un média  dont l’espace est plus élevé que celui des réseaux sociaux ?
  • que le modèle du User Generated Content touche à sa fin et qu’après les milliards de posts insignifiants, le temps est venu de proposer du contenu de qualité ?

Malgré toutes les promesses de Mark Zuckerberg qui ne voulait pas que sa plateforme soit confondue avec un quelconque média, cette annonce peut s’avérer payante :

  1. comme beaucoup de grandes marques, Facebook a compris que rien ne vaut un cadeau. D’autant qu’offrir un magazine à ses annonceurs ne saurait passer pour une quelconque commission ou ristourne déguisée. Bien vu !
  2. Contrairement à Jeff Bezos, patron d’Amazon qui a racheté le Washington Post, ici on parle d’une création. Résultat : pas de standards à respecter, aucun modèle à suivre. C’est malin !
  3. Distribuer ce magazine gratuitement dans des salons VIP de gares et d’aéroports permet de toucher immédiatement une cible intéressante que Facebook ne touche pas forcément avec Instagram et Whatsapp. Stratégique !

Qu’en conclure ? Que tout est possible. Le World Wide Web n’a pas eu pour vocation de tuer la presse. L’avance technologique a permis de drainer les revenus publicitaires des médias traditionnels, maintenant que le fruit est mûr, les GAFAs vont simplement prendre la place de leurs aînés. C’est juste darwinien…

 

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.