Un pôle d'expertises spécialisé dans la communication 360°

le MAGAZINE EN CHIFFRES

Book des agences

#Edito : Crise à La Région Nord Vaudois, que fait l’éditeur ?

Le licenciement de la rédactrice en chef de La Région Nord vaudois, Caroline Gebhard, a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours. Pour rappel des faits, dans un courrier datant de mai 2019, le syndic d’Yverdon-les-Bains, Jean-Daniel Carrard, faisait part de “la déception” de l’exécutif sur la manière dont ont été couverts certains événements et on déplorait une répétition de choix rédactionnels partiaux et une attitude peu professionnelle.

Au final, c’est l’annulation de la parution de la lettre d’information de la Ville dans le journal, une newsletter facturée 3480 francs par édition et diffusée huit fois par an.  La position de la municipalité : “Dans le souci d’utiliser au mieux les budgets à disposition, il paraît parfaitement légitime de s’interroger sur les meilleurs moyens de diffuser les informations utiles aux administrés, afin que ceux-ci puissent en toute connaissance de cause se forger une opinion et évaluer les prestations publiques”.

L’affaire n’en reste pas là puisque hier trois municipaux de gauche d’Yverdon-les-Bains rompent la collégialité après l’affaire de La Région en annonçant lors d’une conférence de presse qu’ils ne peuvent cautionner la position de la municipalité. Ce qui va contraindre le syndic et son équipe a s’expliquer également publiquement.

Trop d’erreurs de communication 
La Région Nord vaudois* a été créé en mars 2006 par un groupe de journalistes, appuyés par des personnalités du Nord vaudois, qui regrettaient la disparition de La Presse Nord vaudois. L’éditeur est une société indépendante détenue par une soixantaine d’actionnaires de la région de diffusion, essentiellement des particuliers et des acteurs économiques.

On comprend dès lors que le lien entre le titre et sa région est très fort. Dans un tel contexte de crise, il est étonnant que l’éditeur ait laissé la situation se médiatiser d’une telle manière. Qu’un annonceur ne soit pas content d’une couverture presse et qu’il arrête ses investissements publicitaires cela n’est pas nouveau. Yverdon achète un service et peut en tout temps changer de prestataire, voire internaliser la publication de cette newsletter. En général, plus un client est important et plus on cherche des solutions et l’on tente de le récupérer après une période de brouille qui doit être la plus courte possible. Après tous ces articles, les conférences de presse, il est difficile d’imaginer une nouvelle collaboration. La perte de cet investissement met-elle en péril le titre ? Quelle solution l’éditeur peut apporter pour combler cette perte ? Force est de constater que l’on n’en sait rien.

Où est l’éditeur ? 
Et pour cause, l’éditeur est le grand absent de cette affaire. Comment interpréter ce silence ?  On met des années à gagner la confiance du public et une minute à la perdre ! Le monde de la presse romande n’avait pas besoin d’un tel scandale. Le désamour envers les médias de la part des annonceurs et des lecteurs est bien réel. Un éditeur doit se préoccuper de faire vivre son journal, d’être le tampon entre ses annonceurs et sa rédaction.  Se les mettre les deux à dos n’est en aucun cas une stratégie. Et être un acteur local n’est pas une excuse. D’autant plus qu’il s’agira de rebondir maintenant après une gestion de crise calamiteuse dans un environnement local où tout le monde se connaît. Peut-on y voir l’opportunité pour qu’un plus gros, plus fort, ne reprenne le titre ? Tout est possible…

A propos du titre
*La Région Nord vaudois a d’abord paru au rythme bi-hebdomadaire, le mardi et le jeudi, avant de passer à trois parutions par semaine dès le printemps 2007, soit le lundi, le mercredi et le vendredi. Cette dernière édition, diffusée à 43 000 exemplaires, est distribuée à tous les ménages du district Jura-Nord vaudois, issu de la fusion des anciens districts de La Vallée, Orbe, Grandson et Yverdon-les-Bains, et dans les communes situées à l’est d’Yverdon-les-Bains, dans le bassin commercial versant, compris entre le canton de Fribourg, les Hautes-Crêtes (Thierrens) et le nord d’Echallens. Depuis le 5 septembre 2013, à l’occasion du Forum économique du Nord vaudois, La Région Nord vaudois paraît 5 fois par semaine et le tous-ménages est distribué le jeudi.

 

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.