Le B2B du marketing, de la communication et des médias

le MAGAZINE EN CHIFFRES

3'000 exemplaires par édition

CS lance un code de conduite en faveur de la séparation entre contenu rédactionnel et publicitaire

Le Conseil de la communication de KS/CS Commu­nica­tion Suisse a pris des décisions d’importance lors de sa dernière séance. Il s’agit notamment d’une motion visant à modifier dans un sens plus favorable aux con­sommateurs l’ordonnance fédérale sur l’indication des prix (OIP) et d’un code de conduite destiné à séparer clairement le contenu publicitaire du contenu rédacti­on­nel dans les médias en ligne et sur les plateformes des réseaux sociaux.

Le Conseil de la communication de KS/CS Communication Suisse a posé des jalons im­portants pour le secteur économique suisse de la publicité. Disponible sous forme de pro­jet, le nouveau code de conduite «Obligation de séparation et caractère identifiable de la communication commerciale» sera déterminant pour l’ensemble de la branche. En réponse à la discussion sur la délimitation parfois insuffisante entre contenu publi­ci­taire et contenu rédactionnel dans les médias en ligne et sur les plateformes des réseaux sociaux, et en collaboration avec la Commission Suisse pour la Loyauté, l’association faîtière de la communication commerciale a fixé des lignes directrices sur le comporte­ment à adopter dans des formes modernes de publicité comme le native advertising, le contenu sponsorisé, le branded content ou le marketing d‘influence.

Ordonnance sur les prix plus favorable pour la publicité
Pendant la session d’automne des Chambres fédérales, le conseiller aux Etats Filippo Lombardi, président de KS/CS Communication Suisse, déposera une motion ayant pour but de modifier dans un sens plus favorable aux consommateurs l’ordonnance fédérale sur l’in­dication des prix (OIP). Aux yeux des consommatrices et des consommateurs, la teneur des réglementations actuelles, qui ne sont pas contestées dans leurs principes, est fré­quemment aride et absconde. Le contenu de ce qu’on appelle les mentions légales («legal lines») est souvent difficilement compréhensible. En particulier dans la publicité par affiches, ces mentions légales ne sont guère lisibles dans un laps de temps raisonnable bien qu’elles occupent jusqu’à un quart de la surface publicitaire.

Outre une amélioration de la compréhension, l’objectif poursuivi consiste à introduire la possibilité de faire figurer un lien renvoyant à une consultation sur Internet des mentions légales détaillées ou des coordonnées des garagistes, comme c’est déjà le cas depuis bien longtemps pour la publicité sur les médicaments. Markus Ruf de l’agence de publicité Ruf Lanz avait fait une proposition dans ce sens lors d’un workshop de la section suisse allemande de KS/CS Communication Suisse intitulé «Publicité automobile: obligations mal aimées», est à l’origine de cette motion.

«Genève Zéro Pub»: initiative locale, influence nationale
Certes, à première vue, «Genève Zéro Pub» n’est qu’une initiative locale, mais en l’étudiant de plus près, «Genève Zéro Pub» concerne l’ensemble du secteur économique de la pub­licité. Les initiants ont encore jusqu’au 4 novembre 2017 pour récolter des signatures visant à interdire les affiches publicitaires commerciales sur le domaine public, une interdiction que connaissent déjà certaines communes de Suisse romande comme Presinge, mais aussi des villes comme Grenoble et Sao Paulo. Cela montre que des initiatives de ce genre peuvent envoyer un effet de signal dont les répercussions pourraient être fatales. Il est d’autant plus important de combattre cette initiative en unissant nos forces. Dans le cadre d’une éventuelle campagne de votation, de concert avec les sociétés d’affichage, KS/CS Communication Suisse mettront en évidence les conséquences négatives qu’aurait une telle interdiction pour l’ensemble de l’économie nationale. Car cela ne porterait pas seulement préjudice aux sociétés d’affichage, mais les annonceurs et les agences de publicité en subiraient au même titre les conséquences.

Loi sur la protection des données: gong pour le prochain round
Sur la base des réponses à la procédure de consultation relative au premier projet de nou­velle loi sur la protection des données, un projet extrêmement hostile aux entreprises, la Confédération en a publié une nouvelle version moins restrictive. À l’heure actuelle, il est encore difficile de prévoir exactement dans quelle mesure elle tiendra compte des deman­des des entreprises de marketing direct. Comme pour l’initiative «Genève Zéro Pub», il est également décisif à cet égard de faire bloc et de défendre les intérêts de l’économie de la communication en parlant d’une seule voix. Dans le cadre de ce projet de loi, la direction incombe à l’Association Suisse du Marketing de Dialogue (SDV); KS/CS Communication Suisse l’assure toutefois de son total soutien.

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.