Le B2B du marketing, de la communication et des médias

le ONLINE EN CHIFFRES

337 agences enregistrées au Travelling

Capture d'écran 2016-02-18 12.09.05

The World Press Photo de l’année 2015 a été attribué à Warren Richardson

La World Press Photo de l’année est une récompense qui est décerné à la photographie la plus créative et originale représentant un événement journalistique ayant eu une importance dans l’année échue.

A man passes a baby through the fence at the Serbia/Hungary border in Röszke, Hungary, 28 August 2015. (Warren Richardson) NO SALES, THIS MATERIAL IS FOR SINGLE USE PUBLICATIONS IN PRINT OR FOR A TEMPORARY ONLINE PUBLICATION, AND MAY BE USED EXCLUSIVELY TO PUBLICIZE THE 2015 WORLD PRESS CONTEST AND EXHIBITION. IT MAY NOT BE PUBLISHED AS PART OF AN ARTICLE OR ANY OTHER ITEM THAT CONTAINS NO DIRECT LINK TO WORLD PRESS PHOTO AND ITS ACTIVITIES. THE PICTURE MAY NOT BE CROPPED OR MANIPULATED IN ANY WAY. KEYSTONE PROVIDES ACCESS TO THIS PUBLICLY DISTRIBUTED HANDOUT PHOTO. THE COPYRIGHT IS OWNED BY A THIRD PARTY *** This material is for single publications in print or for a temporary online publication, and may be used exclusively to publicize the 2015 World Press Photo contest and exhibition. It may not be published as part of an article or any other item that contains no direct link to World Press Photo and its activities without prior permission from the photographer or agency.

Pour 2015, c’est le cliché de Warren Richardson représentant un réfugier syrien franchissant la frontière entre la Serbie et la Hongrie. Cette image a été prise le 28 août 2015. Elle montre un homme et son enfant essayant de franchir une barrière de barbelés avant que la frontière ne se ferme complètement.

Warren Richardson est un photographe freelance basé à Budapest. Il décrit ainsi ce moment : « J’avais campé avec les réfugiés pendant cinq jours à cet endroit. Lorsqu’un groupe de quelque 200 personnes sont arrivées et ont franchi la ligne. Les femmes, les enfants et les aînés marchaient en tête de ligne. Cela s’est déroulé vers 3h du matin, j’étais épuisé. Impossible d’utiliser un flash de peur d’alerter la police, la lumière de la lune a suffit. »

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.