Le B2B du marketing, de la communication et des médias

le ONLINE EN CHIFFRES

3'479 fans Facebook

capture-decran-2017-01-12-a-08-07-49

PIB vaudois: poursuite de la reprise

Le canton de Vaud devrait continuer sur la voie de la reprise. Après un rebond estimé à 1,6% l’an dernier, son produit intérieur brut (PIB) est attendu en hausse de 1,7% en 2017 et de 2,0% en 2018, selon les dernières prévisions calculées par le CREA et publiées par la BCV, l’Etat de Vaud et la CVCI. L’économie vaudoise bénéficie du soutien d’une demande intérieure robuste et devrait en outre profiter d’une légère accélération d’une économie mondiale qui, bien que toujours peu dynamique, a résisté aux embûches rencontrées en 2016.

S’il est prématuré d’affirmer que le choc provoqué par l’abandon en janvier 2015 du cours plancher de l’euro par rapport au franc et le ralentissement à 1,2% de la croissance vaudoise en 2015 sont oubliés, le canton n’en continue pas moins de se montrer solide dans un environnement difficile. S’inscrivant toujours en deçà de la moyenne depuis le début de la décennie, la croissance s’est redressée en 2016 et les perspectives sont relativement favorables pour 2017 et 2018. Les attentes ont peu évolué ces derniers mois et les prévisions sont en ligne avec celles publiées en octobre.

Toutefois, même si l’appréciation du dollar a permis de détendre quelque peu la situation, l’économie vaudoise continue à faire face aux effets de la surévaluation du franc par rapport à l’euro, qui concernent aussi bien des entreprises dépendant de la demande internationale que confrontées sur le marché domestique à la concurrence de produits et de services importés ou achetés à l’étranger. Quant à la conjoncture mondiale, elle s’est encore légèrement affaiblie en 2016 en raison d’un fléchissement de la croissance américaine. Elle n’a néanmoins pas connu d’accident majeur et même le vote britannique en faveur d’une sortie de l’Union européenne (UE) n’a pas provoqué de réaction en chaîne. Une légère reprise est attendue sur le plan mondial en 2017 et 2018, grâce au raffermissement de la croissance aux Etats-Unis et à une poursuite d’une reprise modérée dans la zone euro et dans les économies émergentes.

Au niveau des branches, la plupart devraient connaître cette année, comme l’an dernier, des rythmes de croissance modérés (entre +0,5% et +2%) ou marqués (au-delà de +2%). Le commerce de gros et de détail, ainsi que les activités
immobilières et les services aux entreprises, pourraient voir leur croissance passer de modérée à marquée. A l’inverse, un léger tassement, de marqué à modéré, est attendu dans la chimie-pharma et l’industrie alimentaire. Les services financiers, la construction et les services publics et parapublics devraient quant à eux poursuivre sur la voie d’une hausse modérée de leur valeur ajoutée.

En revanche, les transports et les télécommunications pourraient pour leur part connaître une baisse de régime, avec une stagnation (entre -0,5% et +0,5%) de leur activité en 2017 après une progression modérée en 2016. Une stagnation,
comme l’an dernier, est aussi attendue dans l’hôtellerie-restauration. Enfin, après avoir stagné en 2016, la valeur ajoutée de l’industrie des machines pourrait connaître un repli modéré en 2017.

capture-decran-2017-01-12-a-08-07-49

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.