Le B2B du marketing, de la communication et des médias

le MAGAZINE EN CHIFFRES

400 pages par an

instant-article-facebbok-national-geographic

« Instant Article » sur Facebook : une opportunité ou une menace pour les éditeurs ?

La Neue Zürcher Zeitung (NZZ) a commencé à publier des article sur le nouveau service de Facebook : Instant Article. Le but de ce nouveau partenariat avec Facebook consiste pour la NZZ à promouvoir sa marque auprès d’un public plus jeune.

Qu’est-ce que Instant Article
Depuis le 20 octobre, Facebook a déployé ce nouveau format pour les publications de médias qui est uniquement disponible sur l’application de Facebook pour iPhone. Ce qui permet un chargement beaucoup plus rapide du contenu et offre une ergonomie censée favoriser sa lisibilité. En effe,t les contenus publiés au format « instant article » se distinguent par une icône en forme d’éclair et se chargent dix fois plus vite qu’un contenu standard.

Les éditeurs qui ont déjà adopté ce service
Une quinzaine d’éditeurs anglo-saxons (The New York Times, The Washington Post, The Daily Mail, National Geographic, BuzzFeed, Slate…) ont commencé à publier leurs contenus dans ce format, soit des milliers de publications par jour selon Facebook. Plusieurs dizaines d’autres titres doivent adopter le format prochainement. Le réseau social annonce aussi préparer une version pour Android.

Qui gagne quoi ? 
Les éditeurs conservent l’exploitation publicitaire de leurs pages, sauf quand c’est Facebook qui l’assure, auquel cas le réseau prélève 30 % du chiffre d’affaires. Facebook s’est aussi engagé auprès des éditeurs à leur donner accès aux données collectées sur les lecteurs de leurs articles.
Tout bénéfice pour les éditeurs ? Pas si sûr, ce nouveau service ne fait que contribuer le poids de Facebook dans la visibilité des marques médias en éloignant toujours plus les lecteurs des sites de leurs sites. On peut craindre qu’à terme Facebook purge les publicités des pages originales et contacte en direct les annonceurs avec des prix non acceptables par les éditeurs.

Raison pour laquelle certains des éditeurs qui ont accepté de participer à ce programme ne publie qu’une petite partie de leurs articles. Affaire à suivre de très près….

 

Laissez votre commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs marqués d’une * sont obligatoires.